Interview de Franck Leroy franchisé Arliane à Laval

Interview du franchisé Arliane Mayenne

Actualités

Interview de Franck Leroy franchisé Arliane à Laval

Interview du franchisé Arliane Mayenne

Interview réalisée par Virginie Fassel (Essentiel) pour Arliane Diagnostic Immobilier

Virginie Fassel : Pouvez-vous nous rappeler quel a été votre parcours professionnel avant Arliane ?

Franck Leroy : J’ai toujours exercé une activité en lien avec le bâtiment, en entretien et en gestion, mais aussi en rénovation : j’ai réhabilité plusieurs maisons, pour les revendre ensuite. Ça m’a donné envie de m’installer à mon compte dans une activité en lien direct avec l’immobilier. La vente des maisons rénovées m’a permis de me familiariser avec les diagnostics et je me suis rendu compte que ça m’intéressait. J’ai naturellement creusé la question.

VF : Qu’est-ce qui vous a convaincu chez Arliane et qu’est-ce qui, 6 ans après, vous séduit encore ?

FL : Je souhaitais rejoindre une franchise, pour la sécurité et l’accompagnement qu’elle apporte, mais je voulais aussi un réseau à taille humaine, qui mette l’homme au cœur du dispositif. Arliane, c’est un réseau qu’on pourrait qualifier de « familial » : j’ai été séduit par la liberté et l’autonomie qui sont laissées aux franchisés. Aujourd’hui, le réseau a grossi mais l’esprit reste le même : nous ne sommes pas un numéro derrière une redevance.

VF : Comment s’est développée votre activité depuis 2013 ?

FL : Très bien ! Avec l’exclusivité sur le département de la Mayenne, j’ai ouvert une 2ème agence en 2015 après Laval, à Mayenne. En nord Mayenne, la proximité géographique avec les prestataires est très importante alors je me suis rapproché de mes clients potentiels et ça a marché. En février 2017, j’ai embauché un technicien et je suis actuellement en cours de recrutement d’un deuxième.

VF : Quels sont les leviers de cette croissance, à votre avis ?

FL : Il y a plusieurs facteurs. En 2017, les diagnostics rendus obligatoires pour les locations ont naturellement généré davantage d’activité. En Mayenne, le marché se porte bien comme en témoignent les nouvelles installations d’agences immobilières à Laval (3 en 2018 et 2 annoncées en 2019). Mais il est aussi fluctuant : on n’a pas 2 années qui se ressemblent alors il faut s’adapter. Mais c’est là aussi que la force du réseau Arliane se révèle, notamment avec les actions de communication induites par l’appartenance à une franchise.

VF : La communication est donc selon vous un atout d’Arliane au bénéfice de ses franchisés ?

FL : C’est une évidence ! Je fais moi-même partie de la commission consultative au sein de laquelle nous affectons une part de notre chiffre d’affaires pour la communication du groupe. Un important travail a déjà été fait avec des agences de communication. Plus nous serons nombreux chez Arliane, plus nous aurons des « billes » pour la com’. En 2013, quand je suis arrivé à Laval, personne ne connaissait la marque : il est essentiel que les agences immobilières et les notaires nous reconnaissent en tant qu’interlocuteurs dignes de confiance. D’autant que la concurrence sur le diagnostic immobiliser est sévère ! Aujourd’hui, cette reconnaissance est une réalité, grâce au travail des franchisés sur le terrain mais aussi grâce à l’image qu’Arliane a su se donner : tout est « pro », plus carré, plus propre !

VF : Que diriez-vous aujourd’hui à un candidat qui souhaiterait rejoindre Arliane ?

FL : Je lui dirais qu’il y aille ! C’est un très bon réseau, qui grandit et qui se professionnalise, tout en restant à l’écoute des franchisés qui sont au cœur du dispositif.